• J'ai découvert Solène Bakowski sur Twitter. Encore une fois, le hasard a bien fait les choses. Dans le monde de l'auto-édition, je suis assez difficile dans mes sélections. Avant de m'intéresser à un roman, je m'intéresse à l'univers qui gravite autour de l'auteur, à son processus de communication. Et Solène Bakowski a, selon moi, bien pensé son système de com. Elle possède un univers bien à elle, un site de qualité, de belles photos et a réussi à attiser ma curiosité.

    Solène Bakowski | Un sacJ'ai donc choisi, pour une première lecture :

    Titre : Un sac

    Auteur : Solène Bakowski

    Parution : 2013

    Edition : AE

    Résumé / 4ème de C

    En pleine nuit, une femme attend face au Panthéon, seule, un petit sac dans ses bras frêles qu’elle serre comme un étau. Cette femme, c’est Anna-Marie Caravelle, l’abominable, l’Affreuse Rouquine, la marginale.
    Lorsque, vingt-quatre ans plus tôt, Monique Bonneuil décide de prendre en charge, en secret, à l’insu du reste du monde, l’éducation de la petite Anna-Marie, fille d’un suicidé et d’une folle à lier, elle n'imagine pas encore le monstre qu’elle abrite sous son toit et que, lentement, elle fabrique.
    La petite fille, poussée par ses démons, hantée par son histoire, incapable de distance, tue, un peu, beaucoup. Elle sacrifie, règle ses comptes, simplement.
    Mais que fait-elle là, cette jeune femme agenouillée en plein Paris, au beau milieu de la nuit ? Et que contient ce mystérieux sac qui semble avoir tant d’importance ?
    Voici l’histoire d’Anna-Marie Caravelle.

    Mon avis : 

    Une chose importante, j'ai lu Un sac en moins de 72 heures. C'est en général bon signe. Quand on se lance dans la lecture de ce roman, on distingue très vite l'aisance d'écriture de l'auteur. Les phrases s'enroulent, elles ondulent même. C'est très mélodique et bien écrit. On comprend très vite que l'on vient d'entrer dans un univers sombre, très sombre. Mais au-delà de la violence physique que l'on prend en pleine figure, l'histoire d'Anna-Marie Caravelle, c'est aussi et surtout (à mon avis) un conte sur la folie ordinaire et sur la différence qui nous fait si peur.

    Sans se justifier de la brutalité à laquelle on assiste, Solène Bakowski nous fait réfléchir sur la complexité des causes qui peuvent emmener l'être humain (même le plus frêle et le plus fragile) vers l'insondable violence pure.

    Plongés dans cette histoire, vous assisterez, impuissants, au processus mental qui bouillonne dans la tête d'une petite fille au destin griffé. Une petite fille qui va grandir et évoluer sous votre regard tendu et qui deviendra, au fil des pages, un personnage de roman que vous ne pourrez pas oublier de si tôt. 

    Ce livre à reçu le Prix Spécial du Jury Amazon 2015.

    Vous voulez savoir ce que contient ce sac ? il faudra lire ce très bon roman noir.


    + d'infos sur l'auteur : 

    www.solene-bakowski.com

    Son compte Twitter | Sa page Facebook

    Egalement auteur de Parfois on tombe et Chaînes.

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Nombreux auteurs ont choisi l'option de l'auto-édition pour vivre cette aventure intense de l'écriture. Loin du parcours du combattant qu'est la voie des maisons d'éditions, être auteur indépendant n'est toutefois pas un travail de tout repos. Trouver son lectorat, s'occuper de sa com, tenter de donner une existence publique à son roman, sont des étapes difficiles, souvent décourageantes et uniquement véhiculées par le carburant d'une passion dévorante. 

    A l'initiative de Delphine, blogueuse Aubazaardeslivres, un hashtag est désormais actif sur Twitter : #JeudiAutoEdition

    Tous les jeudis, donc, vous pouvez publier vos lectures en cours, vos infos, conseils, liens utiles en rapport avec le monde de l'auto-édition, en utilisant ce Hashtag.

    Vous pouvez suivre aussi le compte Twitter dédié @JeudiAutoEditio.

    L'auto-édition fait partie intégrante du monde du livre, quoi qu'en pensent ses détracteurs, et il n'est pas question ici de relancer de vieux débats stériles. Ce mouvement est créé pour aider et mettre en lumière des talents d'écriture qui le méritent et de découvrir, au hasard d'un lien, d'un nom, la petite pépite littéraire que vous recherchez. 

    Merci à Delphine et à tous les blogueurs qui ont déjà relayé (ou qui le feront) l'info, et longue vie à #JeudiAutoEdition !

    J'ai d'ailleurs ouvert une nouvelle rubrique "Chroniques des auto-édités" dans laquelle je vais rassembler mes articles sur mes découvertes d'auteurs, lectures, conseils et informations liées.

    Et Partagez les articles des blogueurs participants sur vos TL et tous les réseaux sociaux.

     


    votre commentaire
  • Elle est partout, elle est la première main tendue sur les réseaux sociaux, la photo de profil est LE visuel qui frappe le regard en premier, celui qui fait que l'on va être curieux de découvrir ce que cache ce visage, cette image, et que l'on va aller plus loin dans cette rencontre virtuelle.

    Une photo de profil représente, à un instant "T", ce que l'on veut montrer de nous. Cela peut paraitre insignifiant, mais cet impact visuel revêt une importance capitale selon ce que nous souhaitons exprimer. 

    Cet article va se concentrer sur la population des écrivains. 

    En effet quand on souhaite faire la promotion de son livre, on a tendance à mettre les bouchées doubles sur la réalisation de la couverture de son roman, photo, police d'écriture, graphisme. C'est primordial oui. Mais... Combien de blogs, combien de profils Twitter, combien de livres (brochés ou numériques) présentant une couverture appétissante sont affublés d'une photo de l'auteur(e) beaucoup moins (sinon pas du tout) savoureuse ! 

    Comment être sûr d'utiliser la bonne photo de profil et donner une image de soi au plus proche de sa personnalité ? 

    Je parle ici en tant que photographe professionnel, je veux apporter quelques conseils "techniques" et "pratiques" sans jugement aucun, pour permettre à qui voudra bien l'entendre, d'éviter de tomber dans les pièges du mauvais goût et du (trop) ridicule !

    On plante le décor : Vous êtes un(e) auteur(e), vous écrivez des livres édités ou auto-édités, vous allez publier votre premier roman, ou vous en avez déjà publiés. Bref, vous faites partie de ce bel univers littéraire. Vous disposez d'un compte Twitter, Facebook etc.. Vous avez créé votre blog d'auteur. 

    Personnellement quand je découvre un roman, un écrivain, j'aime bien "poser" un visage sur l'oeuvre que je vais lire. C'est personnel mais je pense qu'une majorité de lecteurs apprécient de mettre un visage sur un nom.

    Ce qu'il faut absolument éviter : 

    - Le scan d'une vieille photo prise il y a 10 ans (voire plus) : Outre le fait que la qualité sera mauvaise, il n'est pas conseillé de vouloir faire un retour vers le passé sur le quatrième de couv, car le jour où vous serez confronté(e) à la rencontre avec vos lecteurs, le choc d'un saut de 10 ou 15 ans vers la réalité en 10 secondes risque d'être un peu choquant. Vous changez ? c'est normal. Votre coiffure, la couleur de vos cheveux, votre style vestimentaire, tout évolue au fil du temps. Votre photo de profil doit suivre cette évolution.

    - La photo prise en vacances, en maillot à la plage, ou à Disneyland, ou à table avec des amis : Attention ! certe, un écrivain est une personne comme les autres, mais quand vous écrivez des histoires qui passionnent et font rêver votre lectorat, vous créez autour de vous une sorte de "mythe", de mystère, les gens vous apprécient et, c'est une certitude, vous admirent et deviennent vite fans de votre univers. Sachez donc entretenir le charme, avoir un peu de classe dans l'attitude et la tenue vestimentaire, tout en restant vous-même. Vous n'en serez que plus crédible. 

    - La photo hors-sujet : Il ne suffit pas d'être classe et avoir du charisme, il faut aussi "coller" à son univers. Vous écrivez des thrillers, du polar, préférez une tenue sobre et un portait Noir et Blanc sans sourire exagéré à une photo aux couleurs saturées où vous riez à pleines dents sous un chapeau de paille. Vous êtes une femme, vous écrivez des histoires d'amour, de la romance, adoptez une attitude féminine, un sourire doux mais franc. N'oubliez pas que votre livre est comme votre entreprise et que vous en êtes le Président Directeur Général. Vous êtes lié(e) humainement à votre roman.

    - Le selfie pris dans la salle de bain : Ok, c'est un peu exagéré, mais j'ai déjà vu des photos de profil d'auteur(e) prises "MadeMyself" au smartphone. A éviter. Sans qu'il soit obligatoire d'aller voir un photographe professionnel (Pas d'autopub dans cet article), il y a quand-même un minimum d'application à avoir, il suffit de demander à un proche, ou alors d'utiliser un trépied avec un retardateur, mais tirez un trait sur le téléphone portable à bout de bras. 

    - L'arrière-plan catastrophique : Un point important ! Quel dommage qu'un beau portrait soit gâché par le grillage du jardin en arrière-plan, un meuble en désordre, le lit défait, une poubelle dans la rue etc... On peut éviter ce genre de désagrément facilement. Privilégiez un fond uni (plutôt foncé), un décor urbain épuré, une bibliothèque ordonnée. Essayez de maitriser auant que possible la profondeur de champ pour que votre portrait se détache bien du second plan qui doit être un minimum flou par rapport à votre visage. 

    Quelques conseils utiles : 

    - Prenez votre photo en lumière naturelle, plutôt à la lumière du matin, en évitant la prise de vue le soir chez vous sous l'éclairage d'une ampoule jaune.

    - Eviter la photo en plein soleil qui fait cligner des yeux et brûle les "blancs" sur les photos. Evitez le flash !

    - Evitez la photo de pleine face avec la tête trop doite et choisissez plutôt un profil partiel.

    - Privilégiez (ça c'est une question de goût) le Noir et Blanc, qui donne un teint plus homogène et lumineux à la peau.

    - N'hésitez pas à mettre vos mains en scène, elles ont aussi travaillé sur votre livre ! Si vous posez avec une main qui touche le visage, elle ne doit pas appuyer sur la peau mais juste l'effleurer. 

    - Soyez vous-même et n'oubliez jamais que votre univers littéraire est intimement lié à l'image que vous devez donner à ceux qui vous lisent !

     

    Je choisis l'option de ne pas donner d'exemples à ne pas suivre, car il faut respecter le choix de chacun et ne pas emettre de jugement. On utilise la photo de profil que l'on veut et le ridicule ne tue heureusement pas. 

    Il faut juste être conscient de l'image que l'on délivre aux autres, notamment lorsque l'on souhaite avoir une activité publique, que l'on soit écrivain ou autre !

    Ecrivains : votre photo de profil, un puissant outil de com !Je me permettrai de terminer par cette photo (dont je ne connais pas l'auteur) de Solène Bakowski, auteur de 3 romans auto-édités, qui représente bien, selon moi, l'exemple à suivre (parmi tant d'autres).

    Une photo très féminine qui apporte beaucoup de classe au personnage. Cette main posée sur le visage témoigne (ce n'est que mon interprétation) de la part mystérieuse et torturée de son univers littéraire.

    Le choix du Noir et Blanc, encore une fois, épure le tout grâce à une belle luminosité ambiante. Le fond uni donne toute sa place au personnage. 

    J'espère que cet article vous a plu, ce ne sont pas des règles immuables, mais des conseils, qui je l'espère, vous seront utiles !

    Et je rappelle aux écrivains qui résident dans la région de Toulouse, que je réalise leurs portraits photo gratuitement, comme pour Guillaume Duhan par exemple. 

    N'hésitez pas à partager !

     

     

     

     

    Pin It

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique